Le comte Henri Marie Raymond de Toulouse-Lautrec-Monfa (24 novembre 1864 - 9 septembre 1901) est un peintre, graveur, dessinateur, caricaturiste et illustrateur français dont l'immersion dans le monde coloré de l'art et de l'artisanat. 

Toulouse-Lautrec, avec Paul Cézanne, Vincent van Gogh, Paul Gauguin et Georges Seurat, fait partie des peintres les plus connus de la période post-impressionniste. 

Lors d'une vente aux enchères organisée en 2005 par la maison Christie's, La Blanchisseuse, un tableau de jeunesse de l'artiste représentant une jeune blanchisseuse, s'est vendu 22,4 millions de dollars, établissant ainsi un nouveau record pour l'artiste. 

Toulouse-Lautrec, né dans l'aristocratie, s'est cassé les deux jambes au moment de son adolescence. Ses jambes trop petites étaient dues à un problème médical inconnu. En plus de son alcoolisme, il a développé un intérêt pour les quartiers chauds des grandes villes.

Les premières années

Henry Marie Raymond de Toulouse-Lautrec-Monfa est né à l'Hôtel du Bosc d'Albi, dans le Tarn, en région Midi-Pyrénées, en France, l'aîné des enfants d'une famille de trois enfants. Son nom de famille signifie qu'il était membre d'une famille aristocratique. Son frère cadet est né en 1867 mais est décédé un an plus tard.  Les deux fils ont bénéficié du titre de comte de courtoisie. S'il avait survécu à son père, Henri aurait reçu le titre familial de Comte de Toulouse-Lautrec. 

Après la mort de son frère, les parents de Toulouse-Lautrec se séparent et une nourrice finit par s'occuper de lui.  À l'âge de huit ans, Toulouse-Lautrec s'installe avec sa mère à Paris, où il dessine des croquis et des caricatures dans ses cahiers d'exercices. La famille se rend vite compte que les talents du jeune homme résident dans le dessin et la peinture. René Princeteau, un ami de son père, lui rend parfois visite pour donner des leçons informelles. Certaines des premières peintures de Lautrec représentent des chevaux, une spécialité de Princeteau, et le sujet qu'il revisite dans ses "peintures de cirque". 

En 1875, Toulouse-Lautrec retourne à Albi par souci des inquiétudes de sa mère concernant sa santé. Il prend des bains thermaux à Amélie-les-Bains ; sa mère consulte des médecins dans l'espoir de trouver un traitement pour favoriser la croissance et le développement de son fils.

Handicap et ses problèmes de santé

Le Comte et la Comtesse de Toulouse-Lautrec étaient cousins germains (ses grands-mères étaient sœurs), et les problèmes de santé congénitaux de leur fils ont été attribués à une histoire familiale de consanguinité. 

À l'âge de 13 ans, Toulouse-Lautrec s'est fracturé le fémur gauche, et à l'âge de 14 ans, il s'est fracturé le fémur droit. Les fractures n'ont pas guéri correctement. Les médecins ne peuvent pas expliquer pourquoi cela se produit. Il a été suggéré que le rachitisme aggravé par le virilisme praecox pouvait avoir contribué au développement de la maladie. En grandissant, ses jambes ont cessé de grandir, si bien qu'à l'âge adulte, il mesurait 1,52 m. Il a conservé ses jambes d'enfant tout en développant un torse d'adulte. 

Toulouse-Lautrec était physiquement incapable de participer à de nombreuses activités dont jouissaient les garçons de son âge. Se retenant de participer à de telles activités, il s'est plongé dans l'art. Célèbre peintre post-impressionniste, illustrateur d'art nouveau et lithographe, il a enregistré de nombreux détails du style de vie bohème parisien de la fin du XIXe siècle. Au milieu des années 1890, Toulouse-Lautrec a contribué à plusieurs illustrations pour le magazine Le Rire. 

Après avoir échoué une première fois aux examens d'entrée à l'université, il a réussi sa deuxième tentative et est entré à l'université.

Paris

Lors d'un séjour à Nice, en France, Toulouse-Lautrec impressionne son hôte, qui persuade les parents de Toulouse-Lautrec de le laisser retourner à Paris pour étudier avec le portraitiste Léon Bonnat. En 1882, il s'installe à Paris. La mère de Toulouse-Lautrec avait de grandes ambitions pour son fils, et dans le but de le voir devenir un peintre à la mode et respecté, elle utilisa l'influence de leur famille pour le faire entrer dans l'atelier de Bonnat. Il a été attiré par Montmartre, un quartier de Paris célèbre pour sa vie de bohème et le repaire d'artistes, d'écrivains et de philosophes. Étudier avec Bonnat a placé Toulouse-Lautrec au cœur de Montmartre, un quartier qu'il a rarement quitté pendant 20 ans.

Après que Bonnat eut trouvé un nouvel emploi, Toulouse-Lautrec s'installa dans l'atelier de Fernand Cormon en 1882 et étudia sous sa direction pendant cinq années supplémentaires. À cette époque, il a rencontré Émile Bernard et Vincent van Gogh. L'enseignement de Cormon, qui était plus détendu que celui de Bonnat, permettait à ses élèves de parcourir Paris à la recherche de sujets à peindre. Durant cette période, Toulouse-Lautrec a eu sa première rencontre avec une prostituée. C'est cette rencontre avec la prostituée qui l'a amené à peindre son premier tableau d'une prostituée parisienne.

Début de carrière

En 1885, Toulouse-Lautrec commence à exposer ses œuvres au cabaret du Mirliton d'Aristide Bruant. 

Après avoir terminé ses études, en 1887, l'artiste participe à une exposition à Toulouse, sous le pseudonyme de "Tréclau", qui est le verlan du nom de famille "Lautrec". Plus tard dans sa carrière, il a exposé à Paris avec Van Gogh et Louis Anquetin. 

Toulouse Lautrec rencontre Suzanne Valadon in 1885. Il a peint son portrait à plusieurs reprises et a soutenu ses aspirations en tant qu'artiste.  On pensait généralement qu'ils étaient amants et qu'elle voulait l'épouser. En 1888, Valadon a tenté de se suicider après la fin de sa relation avec elle.

L'ascension vers la gloire

En 1888, le critique belge Octave Maus invite Toulouse-Lautrec à exposer onze tableaux à l'exposition Vingt (les "Vingt") en février.  Le frère de Van Gogh, Théo, a payé 150 francs pour la Poudre de Riz pour la galerie Goupil & Cie. 

De 1889 à 1894, le peintre Toulouse-Lautrec participe au Salon des Indépendants. Il a réalisé plusieurs paysages de Montmartre. Dans le jardin de Monsieur Pere Foret à Montmartre, Toulouse-Lautrec a exécuté une série d'agréables peintures en plein air de Carmen Gaudin. C'est le même modèle roux qui apparaît dans Le Linge (1888). 

En 1890, lors du banquet de la XXe exposition à Bruxelles, il a provoqué en duel l'artiste Henri de Groux, qui avait insulté l'œuvre de van Gogh. Signac a déclaré qu'il continuerait à se battre pour l'honneur de Van Gogh même si Lautrec était tué. De Groux s'excuse et quitte le groupe, et le duel n'a donc pas lieu.

Les interactions avec les femmes

Outre son alcoolisme croissant, Toulouse-Lautrec fréquentait aussi des prostituées.  Il était fasciné par le mode de vie de la "classe marginale urbaine" et incorporait ces personnages dans ses peintures. Un autre peintre, Édouard Vuillard, a déclaré plus tard que si Toulouse-Lautrec avait des relations sexuelles avec des prostituées, « les vraies raisons de son comportement étaient morales…  Tragiquement, Toulouse-Lautrec était trop fier pour se soumettre à son sort de monstre physique et d'aristocrate coupé de son espèce par son apparence grotesque. Il a trouvé un point commun entre sa propre condition et la moralité d'une prostituée. 

Les prostituées que Toulouse-Lautrec a peintes ont contribué à lui inspirer un style personnel. Il se rendait souvent dans un café de la rue d'Amboise, où il favorisait un serveur en particulier : Mireille. Il a créé une centaine de dessins et une cinquantaine de peintures inspirées par la vie de ces femmes. À la fin des années 1880 et au début des années 1890, il réalise une série de deux femmes s'embrassant intitulée Le Lit (1892, 1893), et en 1894, il peint de mémoire le Salón de la Rue des Moulins dans son atelier. 

Il a proclamé : "Un mannequin est toujours une poupée empaillée, mais ces femmes respirent, sont vivantes et réelles." Je ne leur paierais pas les cent sous pour qu'ils siègent à ma place, et je ne suis pas sûr qu'ils en vaudraient la peine.  Un journaliste les décrit ainsi : "Ils s'allongent sur les canapés comme des animaux, ne font aucune demande et ne sont pas du tout prétentieux."

Il était si petit, "J'ai trouvé des filles de ma taille !" dit-il. "Nulle part ailleurs je ne me sens autant chez moi."

Le Moulin Rouge

Lorsque le cabaret du Moulin Rouge a ouvert ses portes en 1889, l'artiste Henri de Toulouse-Lautrec a été chargé de réaliser une série d'affiches pour le club. Sa mère a quitté Paris, et bien qu'il ait eu un revenu régulier de sa famille, la fabrication d'affiches lui a offert une vie plus indépendante. Bien que d'autres artistes aient méprisé son travail, il les a ignorés.  Le Cabaret lui a réservé un siège et a exposé ses peintures. Parmi les œuvres célèbres qu'il a peintes pour des boîtes de nuit parisiennes, on trouve des représentations de la chanteuse Yvette Guilbert.  La Goulue, plus connue sous le nom de Louise Weber, est la créatrice du french can-can ; Jane Avril est une pionnière de la danse, connue pour son style subtil.

Londres

La famille de Lautrec était anglophile, et bien qu'il ne soit pas aussi fluide qu'il le prétendait, il parlait assez bien l'anglais. Il se rend à Londres, où la société J. & E. Bella lui demande de réaliser une affiche publicitaire pour ses confettis en papier.

Il s'est lié d'amitié avec Wilde et a été influencé par lui pendant son séjour à Londres.  Lorsque Wilde a été emprisonné en Grande-Bretagne, Toulouse-Lautrec l'a soutenu avec force et a même peint un portrait de l'auteur l'année même où Wilde a été jugé. 

L'alcoolisme

Le marquis de Toulouse-Lautrec était moqué pour sa petite taille et son apparence physique, ce qui a peut-être contribué à son abus d'alcool. 

Il a commencé à boire de la bière et du vin, puis ses goûts se sont étendus aux alcools, notamment à l'absinthe. Le "Tremblement de Terre" (Earthquake Cocktail) est attribué à l'artiste Henri de Toulouse-Lautrec : un mélange contenant moitié absinthe et moitié cognac dans un gobelet à vin.  En raison de ses jambes sous-développées, il marchait à l'aide d'une canne creuse, qu'il remplissait d'alcool pour être sûr de ne jamais se passer d'alcool.

Mort

En février 1899, les effets débilitants de l'alcoolisme sur Toulouse-Lautrec sont évidents, car il s'effondre d'épuisement. Sa famille l'a fait interner à la Folie Saint-James, un sanatorium de la banlieue parisienne, pendant trois mois. Pendant la période où il a été interné, il a dessiné 39 portraits de cirque. Après sa libération, il retourne quelque temps au studio de Paris avant de voyager à travers la France. Sa santé a beaucoup souffert de son alcoolisme et de sa syphilis, contractée auprès de Rosa La Rouge (le sujet de plusieurs de ses tableaux).

En 1901, à 36 ans, il meurt de complications dues à l'alcoolisme et à une infection syphilitique dans la propriété de sa mère, le Château Malromé, à Saint-André-du-Bois. Il est enterré au Cimetière de Verdelais, dans la région française de la Gironde, près du domaine. Ses derniers mots auraient été : "Le vieux fou !". Lorsqu'il a dit au revoir à son père, Cooper a utilisé le mot "hallali", qui est un cri utilisé par les chasseurs au moment où leurs chiens tuent leur proie : "Je savais, papa, que tu ne manquerais pas les coups de feu."

Après la mort de Toulouse-Lautrec, sa mère, Adèle Comtesse de Toulouse-Lautrec-Monfa, et son marchand d'art, Maurice Joyant, ont continué à promouvoir ses œuvres. Sa mère a contribué au financement de la création d'un musée à Albi, où il est né, afin que ses peintures puissent être exposées. Ce musée Toulouse-Lautrec possède la plus grande collection de ses œuvres.

Ses oeuvres

En moins de vingt ans de carrière, Toulouse-Lautrec a créé : 737 toiles, 275 aquarelles, 363 gravures et affiches, 5 084 dessins, quelques œuvres en céramique et en vitrail, et un nombre inconnu d'œuvres perdues. 

Dans ses œuvres, on peut établir des parallèles avec la barmaid détachée d'Un bar aux Folies-Bergère de Manet et les danseuses de ballet en coulisse de Degas.  Son style a également été influencé par les gravures sur bois japonaises qui étaient populaires dans les cercles artistiques parisiens. 

Il était habile à représenter les gens dans leur environnement de travail, avec l'énergie et la couleur de la vie nocturne vibrante toujours visibles, mais sans le glamour. Il était passé maître dans l'art de rendre des foules dans lesquelles chaque personne était hautement individualisée. Les personnages de ses grandes peintures étaient identifiés par leur seule silhouette, et les noms de nombre d'entre eux ont été enregistrés. La façon dont il traite ses sujets, qu'il s'agisse de portraits, de scènes de la vie nocturne parisienne ou d'études intimes, a été décrite comme sympathique ou dépassionnée. 

Le style très linéaire de Toulouse-Lautrec, qui met l'accent sur les contours, a influencé sa capacité à peindre des personnes. Il a appliqué la peinture en longs et fins coups de pinceau, dont certains laissaient apparaître des zones du panneau sous-jacent. Nombre de ses œuvres, qui comportent à la fois des dessins et des collages, peuvent être décrites comme des "dessins à la peinture colorée".

Le 20 août 2018, l'émission télévisée de la BBC Fake or Fortune ? A mis en avant Toulouse-Lautrec comme artiste vedette. Les chercheurs ont tenté de découvrir s'il avait créé deux carnets de croquis.

Les tableaux et reproductions de peintures d'Henri de Toulouse-Lautrec